Perle de sagesse : le tarot d'Osho :                            49. L'Amour

Un grand roi avait trois fils et il désirait en choisir un pour héritier. C'était très difficile, car tous les trois étaient très intelligents et courageux. Et c'était des triplés, tous du même âge, aussi n'y avait-il aucun moyen de trancher. Il interrogea donc un grand sage, et le sage proposa une solution...

 

Le roi rentra chez lui et demanda à ses trois fils de venir. Il leur donna à chacun un sac contenant des graines de fleurs, et leur dit qu'il allait partir pour un pèlerinage religieux. "Cela durera quelques années, une, deux, trois, peut-être plus. C'est une sorte de test pour vous. Vous devrez me rendre ces graines quand je reviendrai. Celui qui les protégera le mieux sera mon héritier." Et il partit.

 

Le premier fils se demanda : "Que ferai-je de ces semences ?" Il les enferma dans un coffre de fer, pensant que lorsque son père reviendrait, il aurait à les lui remettre telles quelles.

 

Le second se dit : "Si je les enferme comme mon frère, elles mourront; et une semence morte n'est plus une semence." Aussi, il se rendit au marché, vendit les semences et garda l'argent, pensant : "lorsque mon père reviendra, j'irai au marché acheter de nouvelles semences et lui en rendrait ainsi de meilleures que les premières."

 

Mais le troisième fils alla dans le jardin et sema les graines partout.

 

Trois ans plus tard, lorsque le père revint, le premier fils ouvrit son coffre. Les semences étaient mortes et malodorantes. "Quoi ! s'exclama le père, sont-ce là les graines que je t'ai données ? Elles avaient la possibilité de s'épanouir en fleurs et de répandre leur parfum, et ces graines sentent mauvais ! Ce ne sont pas les miennes !" Le fils assura que c'étaient les mêmes mais le père rétorqua : "Tu es un matérialiste."

 

Le deuxième fils se précipita au marché, acheta des graines et rentra à la maison pour les présenter à son père. "Ce ne sont pas les mêmes, remarqua le père. Ton idée a été meilleure que celle de ton frère, mais tu n'es pas encore aussi capable que je l'aurais souhaité. Tu es un psychologue."

 

Plein d'espoir, et de crainte également, il se rendit vers son troisième fils et lui demanda : "Et toi, qu'as-tu fait ?" En guise de réponse, le jeune homme le conduisit au jardin : des millions de fleurs épanouies y répandaient leur parfum. Le fils dit : "Voici les semences que tu m'as données. Dès qu'elles seront prêtes, je recueillerai les graines et te les rendrai."

 

Heureux, le père lui dit :"Tu es mon héritier. C'est ainsi qu'il faut se comporter avec des semences."

 

Celui qui thésaurise ne comprend pas la vie, et l'esprit calculateur également passe à côté. Seul un créateur peut la comprendre. C'est là la beauté des fleurs : elles ne peuvent être amassées. Elles représentent  Dieu : Dieu ne peut être thésaurisé. Elles représentent l'amour : l'amour ne peut être accumulé.

 

Ce n'est pas un hasard si la fleur est restée un symbole de l'amour au cours des siècles, dans tous les pays, pour toutes les sociétés. L'amour est comme une fleur. Lorsqu'il s'épanouit en vous, vous devez le partager, vous devez donner. Plus vous donnez et plus l'amour grandit. Si vous donnez, encore et encore, un jour viendra où vous deviendrez une éternelle et inépuisable source d'amour.

Zen The Path of Paradox. Vol p 43-45

 

Souvenez-vous de ne pas thésauriser votre amour ni de calculer. Ne soyez pas avares, vous rateriez tout. Laissez plutôt votre amour s'épanouir et partagez-le, donnez-le, laissez-le croître.

Écrire commentaire

Commentaires: 0